Au cœur de la cellule

Que se passe-t-il au cœur de nos cellules ?
À l’heure où l’on veut nous imposer des injections destinées à intervenir sur nos cellules, à l’instar des « vaccins » à ARN messager, il n’est pas inutile de réfléchir à cette question.
Et si l’on s’intéresse à la mécanique quantique, on s’aperçoit qu’il est impossible d’y répondre avec certitude.
La mécanique quantique est la branche de la physique qui décrit la manière dont se comportent les objets microscopiques, atomes ou particules subatomiques. Développée dès le début du 20ème siècle, cette science nouvelle montre qu’à l’échelle microscopique, il se produit des phénomènes étranges qui défient la logique rationnelle de notre perception de la matière. L’expérience des fentes de Young montre par exemple qu’un électron peut être présent à plusieurs endroits au même instant, qu’il se comporte comme une particule quand on l’observe et comme une onde quand on ne le regarde pas ! Le principe d’incertitude de Heisenberg affirme qu’il est fondamentalement impossible de connaître simultanément deux propriétés physiques d’une même particule avec précision et le phénomène d’intrication établit quant à lui que deux particules peuvent former un système lié et présenter des états dépendants quelle que soit la distance qui les sépare. Ainsi deux particules ayant interagi à un moment de leur existence peuvent former à jamais un système intriqué, ce qui signifie qu’en modifiant une propriété quantique de l’une, on agit instantanément sur l’état de l’autre, même si elles sont situées à des années lumières l’une de l’autre ! Avant d’être clairement démontré, ce principe a été longtemps combattu par Einstein lui-même puisqu’il induit qu’une information peut être transmise d’une particule à une autre plus vite qu’à la vitesse de la lumière. Imaginons maintenant qu’une des particules intriquées soit présente dans la seringue d’un vaccin, que pourrait-il se passer si l’on agissait sur l’autre, dans un laboratoire par exemple ?

Intéressons-nous enfin à l’effet tunnel qui établit qu’une particule peut franchir une barrière énergétique même si elle ne possède pas l’énergie minimale nécessaire à ce franchissement. Comme le montre cette vidéo qui traite de la métamorphose du têtard, seule la mécanique quantique permet d’expliquer comment les protéines et les fibres du têtard réussissent à former les nouveaux membres de la grenouille en franchissant des barrières énergétiques théoriquement infranchissables.

L’effet tunnel est l’un des principes fondamentaux de la mécanique quantique

De même, comment peut-on être vraiment certain que les substances injectées dans notre corps par l’intermédiaire des vaccins à ARN messager ne pénètrent pas au cœur de nos cellules, selon le principe de l’effet tunnel ? Et au final, peut-on faire réellement faire confiance à ce que nous expliquent les scientifiques quand on constate comment ils ont géré l’épidémie du Covid 19 et que s’agissant par exemple du déclenchement des cancers, on mesure l’ignorance relative de la science concernant le comportement des éléments chimiques à l’échelle microscopique de la cellule humaine ?

(Lu 43 fois)

Ce contenu a été publié dans Articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *